Rechercher dans ce blog

Affichage des articles dont le libellé est Actualités de l'association. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Actualités de l'association. Afficher tous les articles

samedi 9 juillet 2016

Conférence de Patrick Galliou

Traditionnel rendez-vous estival de l'Association du Patrimoine de Plovan, la conférence du 15 juillet 2016 sera cette année animée par Patrick Galliou, éminent historien, spécialiste de l'Armorique romaine. Il viendra plus particulièrement nous parler des Osismes, peuple de l'occident gaulois, qui occupaient voilà deux millénaires notre actuel Finistère ! Rendez-vous vendredi 15 juillet à 17h à la salle polyvalente de Plovan (entrée 3 euros).
 
 
Occupant, dans l'Antiquité, un vaste territoire, correspondant aujourd'hui au département du Finistère et à la partie occidentale des Côtes-d'Armor, les Osismes, dont le nom, d'origine celtique, signifie les "Ultimes" - soit les Finistériens avant la lettre - ont, de ce fait, longtemps été considérés comme un peuple marginal et de peu d'intérêt, tant leur situation jugée périphérique, paraissait les avoir tenus éloignés des grandes mutations que connut l'Europe au cours de la Protohistoire et de l'époque romaine. L'étude détaillée de l'organisation des activités et de l'évolution de ce peuple durant ces deux millénaires montre clairement, au contraire, que ce tropisme continental et peu pertinent, les Osismes, en raison de leur localisation éminemment maritime, ayant, tout au long de leur histoire, entretenu des contacts, culturels et économiques, avec une grande partie de la façade atlantique de l'Europe. Du Bronze final, où le "complexe de l'épée en langue de carpe" unit des communautés établies au Sud de la péninsule ibérique aux îles britanniques, jusqu'aux siècles de la période romaine, où ils surent parfaitement s'intégrer au monde nouveau né de la confluence des modes et pratiques impériales et des coutumes des provinces conquises, les Osismes adoptèrent, à leur rythme et au gré de leur culture, les innovations politiques, culturelles et technologiques qui naissaient dans toute l'Europe occidentale, donnant ainsi naissance à une civilisation originale et remarquablement vivante.

mardi 21 juin 2016

Lectures avec Alexis Gloaguen

Le dimanche 3 juillet prochain, à 17h00, dans la salle Ti an Dudi, l'écrivain Alexis Gloaguen, né le 19 avril 1950 dans l'école de Plovan où ses parents, Paulette et Alexis Gloaguen, étaient instituteurs, présentera son parcours et lira plusieurs de ses textes, liés aux différentes étapes de sa vie.
 
 
De Plovan au Centre-Bretagne, en passant par une enfance en Nouvelle-Calédonie, une vie d'enseignant de philosophie en Bretagne (essentiellement à Vannes) et dix-huit années Saint-Pierre et Miquelon où il a dirigé un institut de langue française orienté vers le Canada et les Etats-Unis, Alexis Gloaguen a connu un parcours où l'écriture, la réflexion, l'observation de la nature et les voyages (en particulier dans les mégalopoles d'Amérique du Nord) ont tenu une grande place. Auteur d'une quinzaine de livres, il a été publié aussi bien par les éditions Calligrammes (Quimper) que par Maurice Nadeau à partir de 2009. Invité par l'Association du Patrimoine à Plovan, il s'entretiendra avec le public sur ces différents sujets.


 

lundi 25 avril 2016

Fête du train carottes

Les dimanche 15 et lundi 16 mai prochains, à l'occasion du weekend de la Pentecôte, l'Association du Patrimoine de Plovan organise une « fête du train carottes ».
 
Les réjouissances s'ouvriront dimanche  15 mai en fin d'après-midi par une conférence de l'historien Serge Duigou sur le train carottes. Rendez-vous à la salle polyvalente de Plovan à 17h30. Entrée : 3 euros.
 
 

Fête du train carottes à Plovan

 
Le lendemain, lundi 16 mai, à partir de 14h, la fête continue à la « gare » (cliquez pour voir le site sur la carte), ancien arrêt du train carottes entre Jarnellou et Penfrajou.
Au programme, différentes animations : musique (sonneurs, chants) ; saynète ; présence de personnes en costumes bretons des années 1910-1920 ; jeux d'antan (lancer d'anneaux, sabot, casse-boîtes, jeu de quilles, palets) ; billard ; loterie (nombreux lots à 1 euro)... Sur place, on trouvera café, gâteaux et bar. Entrée libre.
 
 

samedi 19 décembre 2015

Monument aux morts de Plovan : recherches en cours

Dans le cadre d'une recherche en cours, j'ai besoin de renseignements à propos du monument aux morts de Plovan. Quand a-t-il été installé à son emplacement actuel ? Son sculpteur, Jean Vaillant, a-t-il des descendants en mesure de m'apporter des informations supplémentaires ? Une bouteille à la mer dans le vaste océan du web !
 
 
Déplacement et dégâts


Monument aux morts de Plovan dans les années 1920-1930


Sur ces 2 photos, on voit le monument aux morts de Plovan à son emplacement d'origine, dans un angle de l'ancien cimetière. Le nouveau cimetière a été inauguré en 1930 : le monument y a-t-il dès lors été transféré ? On peut en douter en voyant la photo de gauche, qui date sans doute du début des années 1930.
 
La croix de guerre qui surmonte le monument a aujourd'hui perdu ses parties inférieures.
 

Dégâts sur la croix de guerre du monument de Plovan

 
Sur la photo des années 1930, il manque déjà la moitié d'une des 2 épées qui se croisent normalement derrière la croix, comme sur la médaille ci-dessous.
 

Croix de guerre 14-18

 
De quand datent ces dégâts ? Quelles en sont les origines ? Encore des questions sans réponses pour le moment.
 
 
Descendants de Jean Vaillant ?

Le monument a été réalisé par le marbrier Jean Vaillant en 1923-1924. Voici quelques renseignements que j'ai réuni le concernant :
 
Jean François Marie Vaillant est né à Logonna-Daoulas le 14 décembre 1893, fils de François Vaillant, forgeron âgé de 46 ans, et de Marguerite Couchouron, âgée de 40 ans. Le père ne sait pas signer.
En 1914, alors qu'il demeure à Brest où il exerce la profession de granitier, il est mobilisé dans l'infanterie. Sa fiche matricule (classe 1913, bureau de Brest, n° matr. 3067) nous livre une description physique succincte : 1 m. 68, cheveux châtains, yeux bruns, front large, nez gros, visage ovale. Alors qu'il a été ajourné en 1913 et 1914, il est déclaré apte au service le 13 octobre 1914 et incorporé comme soldat de 2e classe au 48e RI. Il devient caporal le 6 juillet 1915 et passe au 19e RI le 29 avril 1916. Son courage lui vaut plusieurs citations à l'ordre du régiment :
"Excellent caporal faisant partie d'une patrouille chargée de vérifier les brèches dans les fils de fer ennemis, est resté sur la plaine à quelques mètres de l'ennemi pour indiquer à la section d'attaque le passage dans les fils de fer, n'est revenu qu'avec les derniers hommes de l'attaque" (27 juin 1916).
"Chargé à Verdun en novembre 1916 du ravitaillement des troupes de première ligne, s'est acquitté de sa mission avec une bravoure, une crânerie et un dévouement au dessus de tout éloge (grièvement blessé au cours de l'un de ces ravitaillements)" (10 décembre 1918).
Suite à ses blessures par des éclats d'obus au bras droit, à la cuisse gauche et à la poitrine à Vaux en novembre 1916 et à une période de convalescence, il est classé dans les services auxiliaires en juillet 1917 où il continue la guerre jusqu'en mars 1919. Il reçoit une pension et la croix de guerre.
Après guerre, il rentre à Brest, au 39, rue Arago. Il épouse Marie Louise Guézennec (née à Plougonven le 20 octobre 1895, fille naturelle de Marie Guézennec, ménagère âgée de 35 ans – morte à Quimper le 9 août 1988). Le mariage a lieu à Morlaix le 10 juin 1919. Il s'installent 8, rue Vis à Quimper où Jean Vaillant tient une marbrerie.
 

Annonce extraite du Citoyen du 25 novembre 1926

 
Plusieurs enfants naissent de leur union :
  • Henri Corentin Vaillant, né à Quimper le 25 juin 1920. Mort à Quimper le 28 mars 1994.
  • Raymond François Vaillant, né à Quimper le 27 novembre 1922. Mort à Quimper le 24 novembre 1973.
  • Marie Thérèse Vaillant, née à Quimper le 18 octobre 1924. Mariée à Quimper le 20 décembre 1958 avec Jean Joseph Gérard. Morte à Nantes le 9 octobre 1980.
  • Jean Vaillant, né à Quimper le 7 mars 1927. Marié à Quimper le 30 août 1951 avec Denise Marie Bargain. Mort à Brest le 12 octobre 1987.
  • Annik Vaillant, née à Quimper le 20 mai 1933. Mariée à Quimper le 3 septembre 1957 avec Alain Louis Marie Jan. Morte à Quimper le 25 janvier 1968.
  • André Vaillant, né à Quimper vers le 22 août 1934.
  • Yvonne Vaillant, née à Quimper vers le 17 décembre 1935.
  • Lucienne Vaillant, née à Quimper vers le 15 décembre 1936.
Jean Vaillant "père" meurt à Quimper le 29 juin 1938. Ses enfants sont adoptés par la Nation en vertu d'un jugement rendu le 8 novembre 1938 par le Tribunal civil de Quimper.
 
Si un descendant de cet artiste malheureusement méconnu lit ces lignes et souhaite compléter ces informations, ou mieux, dispose de papiers et de photos de Jean Vaillant, qu'il n'hésite pas à entrer en contact avec moi, ce serait formidable !

Mathieu Glaz

lundi 30 novembre 2015

Exposition à Plovan

Dans le cadre du centième anniversaire de la fondation de l'école de la Sainte Famille, l'Association du Patrimoine de Plovan vous propose de revisiter son histoire à travers une exposition qui se tient du 29 novembre au 13 décembre 2015 à la salle Ti an Dudi, au bourg de Plovan (à côté de la bibliothèque, près de l'église). Ouverte tous les jours de 15h à 17h. Entrée libre et gratuite. Venez nombreux !
 

 

samedi 14 mars 2015

Souvenirs de familles d'instituteurs de Plovan

En 2013 et 2014, l'Association du Patrimoine de Plovan a diffusé deux recueils de souvenirs liés à l'histoire de la commune. Le premier, Souvenirs d'enfance, a été écrit par Jean-Yves Marchand, petit-fils de Corentin Le Berre, instituteur à Plovan entre 1890 et 1903. Le second, Souvenirs des enfants Goraguer, rassemble deux textes écrits par Georges et Gabrielle Goraguer, fils et bru de Jean Goraguer, directeur d'école à Plovan entre 1901 et 1917. Déjà consultables en version papier dans quelques bibliothèques, ils le sont désormais également sur internet !
 

Exemplaires des deux recueils réalisés par l'Association du Patrimoine

 
En 2013, dans un texte d'une vingtaine de pages largement illustrée, Jean-Yves Marchand retraçait l'histoire de son aïeul Corentin Le Berre, natif de Plovan et instituteur sur la commune pendant 13 ans, entre 1890 et 1903. Il y racontait aussi sa propre enfance dans les années 1930 et 1940, entre Plovan et Gourin.
 
Ce travail nous a amené à nous replonger dans un autre recueil, plus ancien. A la fin des années 1970, Georges Goraguer, né à Plovan en 1908, mettait à profit une période de repos pour coucher sur le papier les souvenirs de son enfance. Sa belle-sœur suivit son exemple en écrivant les souvenirs de son mari, Léon Goraguer. Les deux textes, réunis pour la première fois, forment un récit à la fois amusant et instructif d'une soixantaine de pages auxquelles on a cru bon d'ajouter une postface expliquant qui étaient ces auteurs et à quoi ressemblaient le Plovan et l'école que connut cette famille au début du XXe siècle.
 
Le site de la mairie de Plovan héberge très aimablement ces documents. Pour y accéder, il vous suffit de cliquer ci-dessous sur le titre qui vous intéresse.
 
Bonne lecture !

dimanche 5 octobre 2014

Conférence de Maurice Lucas : la vie politique dans le Pays bigouden sous la IIIe République

L'Association du Patrimoine vous propose d'assister, comme l'an passé avec la projection du film de René Caron sur les prisonniers de la Deuxième Guerre mondiale, à une conférence de Maurice Lucas sur la vie politique à Plovan et plus largement dans le Pays bigouden au début de la IIIe République (1870-1914). Elle aura lieu dimanche 26 octobre 2014, à 16 h., salle polyvalente de Plovan.
 
Affiche de la conférence de Maurice Lucas
 
Maurice LUCAS est un professeur d'histoire et un historien spécialiste de la vie politique sous la IIIe République (1870-1940). Auteur d'un mémoire de maîtrise en 1975 sur les Luttes politiques et sociales à Douarnenez, 1890-1925, il poursuit ses recherches en doctorat, élargissant son champ d'investigations initial à l'ensemble du sud-ouest du département. Sa thèse, intitulée L'évolution politique de la Cornouaille Maritime sous la IIIe République, est soutenue à Brest en 1982. Aujourd'hui chercheur associé au CRBC, il est l'auteur de plusieurs ouvrages et articles où il s'est entre autre penché sur la personnalité de Georges Le Bail, maire de Plozévet et parlementaire finistérien incontournable de cette période pour les Bigoudens. Signalons son dernier ouvrage : Les socialistes dans le Finistère (1905-2005) paru en 2005 à l'occasion du centenaire du Parti socialiste.
 
Maurice Lucas, notre conférencier
 
La conférence qu'il nous propose portera sur la vie politique dans le Pays bigouden, notamment à Plovan, au début de la IIIe République (1870-1914) : « Le Pays bigouden n'est pas un isolat à l'écart des grands mouvements politiques qui traversent le pays entre 1870 et 1914. La construction et l'établissement de la République y rencontrent des soutiens et des oppositions passionnés qui s'incarnent dans des personnages emblématiques dans lesquels se reconnaissent les fidélités et les répulsions qui s'expriment au moment essentiel et privilégié des élections ».

lundi 4 août 2014

Conférence de Pierre Gouletquer : un monde minéral et vivant, une brèche dans le cordon de galets

L'Association du Patrimoine de Plovan vous invite à la conférence de Pierre Gouletquer "Un monde minéral et vivant ; une brèche dans le cordon de galets de Plovan-Tréogat". Jeudi 7 août 2014 à 20h30, salle polyvalente à Plovan. Entrée gratuite.


Le 2 janvier 2014, le « mur » de galets a cédé à Plovan sous la pression des étangs de Kergalan et de Trunvel en crue. Quelques jours plus tard, l'ampleur de la brèche était telle que les visiteurs désolés disaient qu'il faudrait plusieurs années avant que celle-ci se referme... si elle se refermait jamais. Ceux qui se souvenaient de l'époque où les riverains ouvraient volontairement le cordon de galets afin de vidanger l'étang étaient plus optimistes : la brèche se colmaterait lors des grandes marées à venir.
 
Les uns et les autres se trompaient. Les premiers par ignorance de l'effet des marées sur la dynamique de la plage, les seconds parce qu'ils ne pouvaient tenir compte des violentes dépressions et des abondantes précipitations qui allaient se succéder quatre mois durant et retarder le processus qui leur était familier. Du début janvier à la mi-avril la mer et la crue allaient brasser les sédiments, se contrariant sans cesse. L'une pour qu’ils reprennent leur place de « ligne de côte », l'autre pour se frayer un passage vers la plage.
 
Dans le contexte confus du réchauffement climatique et de la menace de surélévation du niveau des mers, cet événement n'a pas seulement ébranlé un supposé « rempart » naturel qui protègerait les palues de l'océan. En fournissant un exemple local qui semblait justifier les craintes, il a mis à mal l'image de stabilité qui nous rassure lorsque l'on retrouve chaque jour un paysage inchangé. Il a ébranlé notre imaginaire en nous projetant dans l'univers instable des légendes de villes englouties et des gwerz oubliées : certains imaginaient déjà que les bateaux pourraient bientôt remonter l’estuaire jusqu’aux ruines de Languidou.
 
Les observations que nous avons pu faire n'ont rien de scientifique. 113 visites sur le terrain de début janvier à fin avril, plus de 3000 photos complétées par celles prises par les visiteurs occasionnels ainsi que quelques courtes vidéos, les notes parfois approximatives, prolongées par les observations et les réflexions des uns et des autres ont permis de se convaincre que ce patrimoine n'est pas un « mur », une « digue » ou un « rempart », mais bien le dynamisme jamais en repos de ce que l'un des visiteurs a pu qualifier de « monde minéral mais vivant ».
 
Le moment est venu de rendre compte de ces observations et d'en dresser le bilan.
 
Pierre GOULETQUER

dimanche 6 juillet 2014

Conférence de Clément Nicolas : la flèche et le chef

Comme chaque année à la mi-juillet, l'Association du patrimoine de Plovan vous invite à venir assister à sa conférence estivale. Après le Togo et les idoles vaudous l'an passé, retour à la Préhistoire. L'archéologue Clément Nicolas se propose de nous présenter, à travers un symbole du pouvoir à l'âge du Bronze ancien : les flèches, la place des chefs dans l'organisation sociale de cette lointaine période. Rendez-vous le mardi 15 juillet à 20h30 à la Salle polyvalente (entrée : 3 euros).


Ci-dessous, une présentation de la conférence de M. Nicolas :

« Ces flèches en silex sont d’une perfection de forme et d’exécution inégalées. Loin d’être des armes communes pour la chasse et la guerre, elles semblent avoir constitué des objets de prestige strictement réservés aux chefs. Comment ces armatures ont-elles été produites ? Quelles étaient leurs fonctions ? Tels sont les deux questions auxquelles nous tenterons de répondre grâce à l’étude des stigmates de la taille du silex, l’expérimentation et l’analyse des usures laissées par leur utilisation. Les contextes exceptionnels de découverte nous permettront alors de retracer les multiples vies de ces objets.

L’âge du Bronze ancien en Basse-Bretagne (2150-1650 av. notre ère) est essentiellement connu par plus d’un millier de tombes recouvertes ou non d’un tumulus. Parmi ces sépultures, certaines se distinguent par la monumentalité de leur caveau et de leur tertre et un mobilier funéraire particulièrement abondant, dont la largesse n’a guère d’équivalent en Europe occidentale. Ces tombes peuvent livrer jusqu’à une dizaine de poignards en bronze et divers objets exotiques (en ambre balte notamment), témoins de la mainmise sur une métallurgie parfaitement maîtrisée ainsi que le contrôle de réseaux d’échanges à longue distance. Sans négliger l’attrait pour le métal, une technologie nouvelle et en plein essor, les élites armoricaines semblent avoir manifesté leur pouvoir dans la possession de pointes de flèches en silex.

Au travers des flèches, nous nous interrogerons enfin sur la place des chefs dans la société de l’âge du Bronze ancien. Quelles étaient les sources de leurs pouvoirs ? Comment ceux-ci géraient-ils leurs territoires ? Les découvertes anciennes et récentes nous suggèrent l’existence d’une société complexe, parfaitement organisée et dont la monumentalité funéraire n’est que la partie émergée d’une occupation particulièrement dense des territoires, eux-mêmes inscrits dans la géographie historique de la Basse-Bretagne.

Clément NICOLAS
Post-doctorant, UMR 8215 Trajectoires »

vendredi 7 mars 2014

Spectacle : une heure avec Pablo Neruda

Dimanche 16 mars prochain, la compagnie Passeparole vous propose un spectacle alliant poésie et musique à partir de 18 h. à la salle polyvalente de Plovan. Entrée libre et participation au chapeau.


mercredi 5 mars 2014

Les bulletins municipaux de Plovan

Depuis leur création par l'équipe de conseillers élus en 2001, les bulletins municipaux de Plovan accordent une large place à l'Histoire et aux histoires. Il nous a semblé intéressant de dresser ici une liste des articles qui consacrent tout ou partie de leur propos au passé de la commune et de ses habitants. Comme vous pourrez le voir, elle dévoile un large éventail de centre d'intérêts !

Pour chaque année, nous indiquons l'auteur, le titre et les pages des articles publiés, avec un rapide résumé de leur contenu entre parenthèses. L'ensemble des bulletins sont disponibles en consultation à la bibliothèque municipale. Signalons également que, depuis 2012, la mairie a pris l'excellente initiative de les mettre en ligne au format pdf (pour y accéder, il vous suffit de cliquer ci-dessous sur les années 2012, 2013, 2014...).

2002
-Joël LE BEC, « Association du patrimoine », p. 17 (historique de l'association fondée en 1997 avec un hommage aux fondateurs)

2003
-Jean THOMAS, « Le bourg de Plovan », p. 8-9 (sur les habitants et leurs activités au bourg dans les années 1940-1950)
-Joël LE BEC, « Départ en retraite de notre recteur, Charles Le Du », p. 11 (quelques renseignements sur les anciens prêtres)
-Pierre GOULETQUER, « Petite histoire archéologique... : la Feunteun Gorgon », p. 12-14 (présentation avec plan d'une fontaine-lavoir)
-Joël LE BEC, « Extrait de la chanson appelée chanson Herry Bolzer. Entre gwerz et pamphlet antinobiliaire et anticlérical », p. 15-17 (texte et commentaire d'une chanson bretonne de la fin du XIXe siècle)

2004
-Joël LE BEC, « Nos deux artistes à succès : Lannig Raphalen et Jean-Claude Goyat ! », p. 10-11 (présentation des deux interprètes des scénettes tirées de Biskoas kemend-all de Pierre-Jakez Hélias avec les origines des 2 noms de famille sur Plovan)
-Pierre GOULETQUER, « Les vitraux de Languidou », p. 11-12 (conte historique)
-Jean THOMAS, « Plovan avant, Ploan kent », p. 16-17 (sur les métiers d'autrefois sur la commune : artisans, commerçants, proto-vétérinaires...)

2005
-« Plovan sous l'Occupation », p. 8-12 (récit de l'occupation allemande pendant la Deuxième Guerre mondiale accompagné des souvenirs d'enfance de Jean Thomas)
-Joël LE BEC, « Autour des limites nord de Plovan et de la Croix Moujer, alias Fougères », p. 16-17 (étude d'un calvaire)
-Pierre GOULETQUER, « La porte de St Gorgon », p. 18-19 (conte)

2006
-Jean THOMAS, « La galoche bigoudenne, la galoche de ma jeunesse », p. 20-21
-Joël LE BEC, « Tro dro harzou noz parres Ploan : Kéléguic devenu Saint Kodelig, Poul Bodic », p. 22-25
-Pierre GOULETQUER, « Pourquoi n'y a-t-il pas de basilique à Plovan ? », p. 25

2007
-Joël LE BEC, « Autour des limites nord de Plovan (fin) », p. 10-11 (étude de toponymes : Toulancavel, Lezaü, Pontchou prenn, Penhors, Trébanec)
-Pierre GOULETQUER, « Les voiles blanches de Languidou », p. 12-14 (conte)
-Joël QUARAN et Joël LE BEC, « La société de chasse a fêté ses soixante ans », p. 18 (historique de l'association fondée en 1946)
-Jean THOMAS, « Le billet d'humeur de Jean Thomas...», p. 20 (sur l'histoire récente du terrain destiné à accueillir le lotissement Parc braz)

2008
-Pierre GOULETQUER, « L'ancêtre », p. 10-11 (conte)
-Joël LE BEC, « Autour des lieux de sépulture de Plovan », p. 12-14 (étymologie du lieu-dit Brénavelec, présentation des pratiques d'inhumations jusqu'au XIXe siècle)
- « Si la CUMA des étangs m'était contée...», p. 20-21 (historique des CUMA sur Plovan)
-Jean THOMAS, « Les maires du 20e siècle », p. 22-23 (historique des élections et des maires élus entre 1901 et 2000 : Michel Gentric, Alain Plouhinec, Pierre Lautridou, Daniel Le Bec, Philibert Kerouédan, Pierre Le Berre, René Le Bec, Jean Guéguen, Alain Le Bec, Roger Geffroy, Michel Burel)

2009
-Pierre GOULETQUER, « Le galet », p. 14-15 (conte)
-Joël LE BEC, « Les amis de Languidou », p. 17 (historique de l'association)
-Idem,  « Translation du cimetière dans la jardin à Tin(e) Cruguen », p. 23-25 (projet et réalisation de l'actuel cimetière dans les années 1920-1930)
-« Toponymie et archéologie », p. 26 (sur les mégalithes de Saint-Kodelig)

2010
-Pierre GOULETQUER, « Oceano Nox », p. 10-11 (conte)
-Joël LE BEC, « La première école publique devenue maison du cordonnier », p. 12-14 (création de l'école publique et son développement dans les années 1830)
- « Toponymie et archéologie », p. 15 (sur le lieu-dit Renongar)
- « Le foot », p. 24-25 (historique du club des Brochets de Plovan)

2011
-« Toponymie », p. 16 (sur le lieu-dit Crugou)
-Pierre GOULETQUER,  « Elle était belle, elle était sobre », p. 20-21
-Joël LE BEC, « Les amis de Languidou », p. 26-27 (historique de l'association)

-Pierre GOULETQUER, « Le midgy », p. 22-23 (conte)
-Joël LE BEC, « Douane et douaniers à Plovan en 1814 », p. 24-27 (poste de douane, Charles Bataille et ses descendants, les maisons du bourg au XIXe siècle)

-Pierre GOULETQUER, « Y'a quelqu'un ? », p. 14-15 (conte)
-Joël LE BEC, « Quelques aspects de la vie à Plovan au début des Trente »  (1), p. 28-31 (Plovan dans les années 1946-1953 : mécanisation agricole, électrification...)

-Mathieu GLAZ, « Les maires de Plovan au 19e siècle », p. 10-12 (historique des maires désignés puis élus entre 1799 et 1912 : Michel Queneudec, Daniel Thomas père, Jean-Marie Le Berre, Daniel Thomas fils, Jean Colin, Pierre Kerouédan, Charles-Corentin Raphalen, Daniel Le Pape, Michel Gentric)
-Pierre GOULETQUER, « Le pommier », p. 13 (conte)
-Joël LE BEC, « Quelques aspects de la vie à Plovan au début des Trente glorieuses » (2), p. 24-27 (électrification, cinéma, agriculture)


-Joël LE BEC, « Quelques aspects de la vie à Plovan au début des Trente glorieuses » (3), p. 9-11 (vie à la ferme, le sabotier Jean Bescond, marchands ambulants, la messe autrefois)
-Anne-Marie FERTIL et Annie VIGOUROUX, « Rencontre avec Monique et Jean Thomas », p. 12-13 (histoire de la dernière boucherie de Plovan)
-Mathieu GLAZ, « Petite histoire du pardon de Plovan », p. 14-17 (saint Gorgon, les fêtes patronales au début du XXe siècle)
-Pierre GOULETQUER, « Un monde minéral mais vivant », p. 29-35 (nature du cordon de galets, la brèche de 2014 et son évolution)


-Anne-Marie FERTIL et Annie VIGOUROUX, « Rencontre avec Noëlie et Yves Droval », p. 10-11 (histoire de la boulangerie Droval, aujourd'hui Couleur Pays)
-Joël LE BEC, « Quelques aspects de la vie à Plovan au début des Trente glorieuses » (4), p. 24-26 (mendiants, sobriquets, expressions, être enfant dans les années 1950)
-Pierre GOULETQUER, « Chouchen », p. 27
-Mathieu GLAZ, « Plovan à ses héroïques enfants...», p. 28-33 (bilan de la guerre 14-18 à Plovan, histoire du monument aux morts, cérémonies et fêtes de l'armistice)
 

vendredi 15 novembre 2013

Collecte autour de la Grande guerre

Si vous suivez l'actualité, vous n'avez pas pu échapper au lancement des commémorations marquant le centenaire de la Première guerre mondiale et à l'engouement que cela suscite chez de nombreux Français. Parmi les innombrables initiatives en gestation, l'Association du Patrimoine et la Bibliothèque de Plovan lancent une collecte de documents privés concernant les années 1914 à 1918. 





Si vous possédez chez vous des photographies, des lettres, des objets ou tout autre type de document en lien direct ou indirect avec la guerre, nous serions heureux de pouvoir y accéder et d'en réaliser une copie. L'inventaire de l'ensemble des pièces recueillies pourra servir de base à des expositions et des études ouvertes au grand public d'ici 2018.


Pour plus de renseignements, vous pouvez me contacter ou contacter Mme Goanec de la Bibliothèque municipale.


samedi 9 novembre 2013

Souvenirs d'enfance : Corentin Le Berre et autres histoires

En août 2012, M. Marchand, petit-fils de l'instituteur plovanais Corentin Le Berre, répondait à notre sollicitation en entamant un long travail autour de la personnalité de son grand-père. Après avoir réuni de nombreux documents et consulté plusieurs ouvrages historiques, il s'est lancé dans la rédaction d'un texte d'une vingtaine de pages qu'il a fini par nous confier en avril 2013.


Page de garde et 4e de couverture de Souvenirs d'enfance

Afin de faire connaître Corentin Le Berre au plus grand nombre, nous avons décidé, en accord avec l'auteur, de mettre ce texte en forme et de le diffuser auprès du public. C'est aujourd'hui chose faite ! La plaquette est consultable dans la classe-patrimoine et dans les bibliothèques municipales de Plovan et Tréogat.

Présentation

Ce blog a pour objectif de faire connaître au plus grand nombre le patrimoine et l'histoire de Plovan et de promouvoir les actions de l'Association du Patrimoine de la commune.


Pour en savoir plus sur l'Association cliquez ici